Ivry POP en panne de démocratie participative

Changement d’équipe, réorientation de la ZAC Ivry Confluences, où en sommes nous près de 2 ans après le départ de l’équipe menée par Bruno Fortier ?

Aujourd’hui, nous avons le sentiment que ceux qui font Ivry Confluences croient mieux connaître les attentes des habitants que les habitants eux-mêmes.

Aucun bilan des demandes et propositions des habitants n’a jamais été réalisé. On nous vante que les erreurs du passé ne se reproduiront plus, et pourtant le constat est amer.

Le bilan de la participation des habitants est bien pauvre, au regard du degré de mise en œuvre des propositions.

Nous comprenons que les habitants n’ont pas à donner leur avis sur tout. Mais de la manière actuelle de mener la concertation, il ressort un certain sentiment d’arrogance et de condescendance.

Certaines opérations ponctuelles vont être organisées, en particulier sur l’ivrynage prévu sur l’ancien site BHV. Mais cela reste anecdotique, aucune généralisation de la participation réelle des habitants ne semble se profiler.

A ce jour, nous comprenons le rôle d’animateur de l’agence WT2i (What Time Is I.T.) au sein du quartier. Mais nous n’arrivons pas à imaginer comment les demandes des habitants seront intégrées dans le projet. WT2i est-elle simplement le bras de la SADEV, qui doit favoriser l’acceptation sociale des grands changements de cette ZAC ? En particulier une très forte hausse de la densité de logements ?

Le logement correspond à une demande forte des habitants. Mais ce n’est de loin pas le seul besoin exprimé dans un contexte complexe de transition écologique et sociale.

Etat des lieux.

De belles intentions sont affichées, mais dans la réalité les contradictions s’accumulent rapidement :

  • Réunion Facebook de présentation du projet par le groupement (30/11/2020) : présentation descendante, le dialogue est complètement faussé car les questions des habitants sont filtrées et transformées. Les discussions sur la tchat en parallèle apportent de la confusion. Les plans ont été enlevés dans le support partagé à l’issue. Bilan assez frustrant pour les habitants.
  • Manifeste de la POP city : non dévoilé.
  • Diagnostic anthropologique : non dévoilé, pourtant il nourrit les réflexions des urbanistes.
  • Plans des espaces publics, des espaces verts : non dévoilés.
  • Programmation des services publics : non dévoilée.
  • Nouvelle programmation des logements : non dévoilée, l’objectif en termes de nombre de logements est pourtant structurant, en particulier pour une offre de services publics adaptée.
  • Fiches de lots : 1 seule fiche partagée depuis 2 ans.
  • Une nouvelle maquette de la ZAC a été réalisée : mais elle reste inaccessible aux habitants, car la maison de projet n’est pas accessible et il n’y a pas de version dématérialisée.

Un sentiment de régression de la concertation domine depuis l’arrivé de la nouvelle équipe.

La situation sanitaire et le relatif changement d’équipe municipale ne peuvent entièrement expliquer cette situation. Faut-il y voir une absence de volonté ? Les habitants sont-ils considérés comme des gêneurs dans le processus de transformation du quartier ?

Un cas concret et emblématique : l’îlot Prudhon (5G)

Les habitants de cette zone se sont battus auprès des élus pour la création d’espaces verts. Ils ont été écoutés et ont obtenu la création du square Prudhon. Mais aussitôt les projets immobiliers prévus autour se sont présentés : mal imaginés et surtout avec une densité jugée bien trop forte. Les habitants se sont mobilisés à nouveau (pétition, réunions publiques, propositions alternatives…), toujours dans un esprit constructif afin de progresser vers un compromis acceptable pour toutes les parties prenantes.

Ils n’ont pas été dupés par l’intégration de 2 habitants dans le jury de sélection d’architecte, qui n’est qu’un faire valoir : les aspects les plus importants étant déjà arbitrés.

La nouvelle équipe profite de cette situation pour reprendre la main sur le projet. Le jury est annulé et une nouvelle fiche de lot est proposée en juillet 2020. Un nouveau jury est prévu en mars 2021. Le tout en catimini, ce qui a provoqué la démission d’un des 2 citoyens sélectionnés pour le jury.

Alertés par hasard par ces changements, le collectif URBANICC et l’association LAPIC arrivent à obtenir la nouvelle fiche de lot. Des échanges ont lieu avec la SADEV, uapS, WT2i et la ville. Nous apprenons alors qu’il n’y pas à revenir dessus.

Surprenant car aucun bilan des discussions n’a jamais été proposé aux habitants : aucune explication des propositions retenues, ou non, et surtout pourquoi. Encore plus déconcertant : la nouvelle fiche de lot propose plus de logements, et plus de surface construite.

A ce jour, seule une réunion d’explication en comité très restreint a été proposée à URBANICC et LAPIC. Les habitants n’y sont pas les bienvenus.

Incompréhensible pour URBANICC et LAPIC qui demandent et attendent une réunion publique.

La responsabilité de la concertation revient à la ville.

La ville est décideur dans le cadre de la ZAC, la concertation est de sa responsabilité. WT2i ne peut que s’occuper de sa mise en oeuvre.

Les élus doivent être présents dans toutes les étapes de la participation citoyenne, afin de donner un gage de sincérité à la démarche. Mais ils doivent rester en retrait pour favoriser les contributions des habitants.

Le garant de la concertation.

Le garant est chargé de s’assurer que la concertation se déroule dans des conditions suffisantes pour que s’établisse un climat de confiance, que les désaccords puissent s’exprimer et que des accords puissent être recherchés. Il veille à la bonne information et à la participation du public.

Aujourd’hui ce rôle n’est pas tenu.

La concertation peut-elle devenir une réalité, ou va-t-elle rester au stade de slogan ?

Intérêt de la participation citoyenne : améliorer la qualité des décisions au service de l’intérêt général.

De nos jours, aucun élu ne dira qu’il s’oppose à la démocratie participative. La participation citoyenne enrichit la décision publique, la rend plus adaptée aux besoins et aux attentes, et plus acceptable pour la population dès lors que celle-ci y a contribué.

Pour bien fonctionner, la démocratie participative doit non pas rester un simple outil ponctuel, mais devenir un composant à part entière de la démocratie locale.

L’intégration des habitants permet :

  • Améliorer les projets, en intégrant les savoirs d’usage.
  • Tenir les habitants informé.
  • Favoriser le lien social.
  • Faciliter l’acceptation des décisions, car plus adaptées aux attentes et besoins, et donc mieux comprises.
  • Alerter sur les dysfonctionnements.
  • Anticiper, prévenir, gérer les conflits et limiter les effets viraux de ces conflits.
  • Développer la citoyenneté.
  • Renforcer le sentiment de coresponsabilité des habitants en limitant les comportements « clientélistes ».

La concertation doit se dérouler le plus en amont possible dans le processus de réalisation d’un projet. Plus on tarde, plus les marges de manœuvre se réduisent et plus la concertation devient accessoire, voire un simple alibi.

Les 5 engagements qui fondent la confiance des habitants dans la démarche citoyenne

La concertation obéit à des principes simples et de bon sens mais sur lesquels la ville doit réellement s’engager :

  • Ne mettre en débat que des sujets suffisamment ouverts à des modifications (les variants, les marges de manœuvre) et informer les participants des décisions déjà arbitrées (les invariants).
  • Mobiliser toutes les parties prenantes sans se limiter au premier cercle des
    habitués
    , en déployant des moyens adaptés pour faire participer ceux qui s’expriment rarement.
  • Organiser le débat pour que la discussion ait lieu avec, et surtout entre les participants, et que chacun puisse contribuer.
  • Étudier sincèrement et attentivement toutes les propositions pour voir comment elles peuvent être intégrées au projet.
  • Et, en fin de processus, venir expliquer aux participants les décisions prises en distinguant les contributions retenues, celles qui sont mises à l’étude et celles qui sont écartées.

sources : Palabreo

La participation des habitants en temps de crise

La crise sanitaire actuelle ne doit pas mettre en pause la concertation.

L’Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne propose des outils et des usages adaptés. A consulter via ce lien.

Ilot Prudhon – fiche de lot

La fiche de lot est un outil du projet urbain, annexé à la promesse de vente signée avec le promoteur. Elle formalise les exigences de compositions spatiales et programmatiques d’un lot.

Le programme résidentiel sera réparti en :
– 52% logement social
– 48% logement en accession

Surface de plancher : 16.564m2
Nombre de logements : 245